03/06/2014

78 Le springbok

78

Le springbok

 

Hummbird.gif

 

 

Nous sommes sur le point de quitter l'Afrique du Sud.

Encore une halte très intéressante à Stellenbosh.

 

Mais avant cela je m'en voudrais de ne pas dire un mot sur le springbok, animal mythique pour les gens de cette région.

Vraiment cette  belle gazelle le mérite.

25135.jpg

Nous avons voyagé très rapidement ces derniers km aussi je n'ai pas de photos personnelles de ces si beaux animaux.

J'ai donc dû faire appel à des dépliants, cartes postales, revues et aussi quelques unes sur le web.

 

Les voici, ces springboks :

 

 Le Springbok signifie en afrikaans antilope sauteuse. Et elle a bien son nom  car c'est une gazelle d'une aptitude extraordinaire à exécuter de grands bonds, surtout lorsqu’elle est poursuivie par un prédateur.

 

jouueurs springboses.jpg

 

ispingboks ndex.jpg

Vrai symbole en Afrique du Sud, c'est l'animal fétiche de l'équipe nationale de rugby. 

ispingboks 1903 mages.jpg

 

 

Gracieux, colorés et très élancés, les springboks sont d'une taille moyenne d’environ 80 cm à l'épaule ;  les mâles sont un peu plus grands que les femelles. 

92707-050-86C4D4F0.jpg

Leur poids va de 25 à 40 kg un peu supérieur pour les mâles.

Les cornes peuvent atteindre 50 cm, celles de la femelle sont plus fines, plus droites et aussi plus courtes.

La queue mesure de 15 à 30 cm selon les individus.

De couleur fauve avec  une bande brune sur ses flancs, la face ventrale est blanche.

Il y a aussi des springboks noirs, cas de mélanisme ('melas' signifie noir en grec). Il existe aussi des springboks blancs, il s'agit alors d'un cas de leucitisme ('leukos' signifie blanc en grec) .

Il existe aussi des gazelles noires et des gazelles blanches.

image spingboks n bv s.jpg

Parfois confondu avec la gazelle de Thomson  d'Afrique de l'Est le springbok est plus grand et possède des ressorts ce  que n’a pas la gazelle de Thomson; c’est précisément ce qui lui permet de faire ses sauts remarquables.

flickr-2990295337-ifill_1024x768.jpg

Corps fin, élancé léger longues pattes fines et des sabots frêles, serrés et  pointus enfin tout ce qu’il faut pour la course.

Tout son corps est très flexible. Vraiment fait pour  la course aussi grâce à ses poumons très développés et son cœur qui  n'est pas petit  contrairement à celui des félins, ce qui lui permet d'être plus endurante.

Champion d'athlétisme, coureur extrêmement rapide avec une vitesse: 88 km/h en moyenne. tout ce qu'il faut pour la course de fond  avec aussi des sauts de 1 à 2 mètres de haut, voire  4 mètres de haut. Des sauts en longueur pouvant atteindre jusqu'à 15 mètres.

Le springbok vit dans des régions chaudes et sèches grâce à sa grande résistance à la sécheresse.

images.jpg

Il doit donc économiser l'eau de son corps.

Son pelage coloré réfléchit les rayons du soleil, régulant ainsi sa température corporelle.

Ses crottes sont très sèches et son urine très concentrée.

L'air inspiré par l'animal refroidit sa paroi  nasale, ce qui rafraîchit son sang acheminé par les petites artères.

Sans de telle adaptations, elle ne pourrait pas survivre dans ces régions :Ouest de l'Afrique du Sud, Namibie, Botswana, Angola. 

C’est la seule gazelle d'Afrique Australe.

 

Le springbok peut vivre même dans les déserts de sables chauds et arides,Kalahari, la Namibie, les semis-déserts, les steppes et les savanes herbeuses.

i   spingboks  mages.jpg

 Ruminant et herbivore il se nourrit d’herbes, de graminées, de feuilles de buissons et de fruits, racines et plantes quelquefois même toxiques pour d'autres herbivores.

Parfois, il peut se passer d'eau pendant un temps considérable, pour peu que sa nourriture comprenne au moins 3 % d'eau.

Pendant la saison sèche, il creuse le sol pour trouver des racines et des bulbes. Il lèche les sels minéraux régulièrement.

Les mâles se battent pour les femelles, le vainqueur règne sur une harde de femelles.

La gestation dure cinq mois et demi et mène à un seul petit, parfois deux.

Il présente de l'arrière du dos à la base de la queue une poche qui contient des poils blancs érectiles. Lorsqu'il est effrayé ou excité, la poche s'ouvre et laisse apparaître une crête de poils blancs, qui, associée à ses bonds, préviendra les autres springboks d'un éventuel danger.

images.jpspringob à l'eaug.jpg

Ils vivent en troupeaux composés de femelles et de jeunes sous la surveillance d'un mâle territorial, mais en dehors de la période de reproduction, les mâles et les femelles se mélangent entre eux, notamment au moment de la migration. 

 

imag  spingboks   n es.jpg

Le principal prédateur est le guépard, le seul à pouvoir rivaliser en vitesse. Il est aussi rapide que lui, mais le springbok peut tenir sa vitesse de pointe, sur une plus longue distance.

Le babouin  peut aussi facilement attaquer les jeunes.  

 

Ses prédateurs, chacals et aigles,  peuvent s'attaquer aux individus faibles et aux jeunes (faons) qui n'ont pas encore la vitesse de course des adultes.

Les jeunes peuvent être aussi la proie de prédateurs plus petits.

rory-bruins-springbok-play-667x445.gif

Longévité : 10 ans dans la nature voire  17 en captivité.

Actuellement, le springbok est l'antilope la plus abondante, grâce aux nombreux parcs nationaux et réserves sud-africaines.

Sa population n'a fait qu'augmenter au cours des 20 dernières années.

imag  spingboks b v es.jpg

Autrefois, au cours du XVIIIe siècle, ils formaient d'immenses troupeaux de plusieurs millions d'individus dans les savanes et les semi-déserts d’Afrique du Sud et du Sud-Ouest, ils avaient l'habitude d'être très répandus, en formant certains des plus grands troupeaux de mammifères jamais observés, mais ils ont failli disparaître au XIX ième  siècle à cause de la chasse.

Actuellement l'espèce n'est plus menacée.

Toutefois, le springbok continue d'être chassé pour la qualité de sa viande, sa peau et ses cornes, mais sa chasse est contrôlée.

image   spingboks n s.jpg

Ces animaux sont aussi recherchés par les fermiers, car ils sont peu couteux au niveau de l'entretien, faciles à trouver, robuste et peuvent vivre sur des terres arides, fournissant une viande de qualité.

Les sud-Africains, admirent cet animal pour sa beauté, sa sportivité et sa population croissante qui a su remonter au cours du XXe siècle et XXIe siècle siècles..

La période de sécheresse signifie nécessité de commencer leur migration.

ils se déplacent alors en grands troupeaux accompagnés de zèbres, de gnous et d'autruches en quête des mêmes pâturages.

 

image  spingboks  n bs.jpg

 

 

 

spingboks bb.jpg

 

spppppringbos raie.jpg

Le springbok vit dans des régions chaudes et sèches grâce une grande résistance à la sécheresse.

Mais pour cela il doit économiser l'eau de son corps. Son pelage coloré réfléchit les rayons du soleil, régulant ainsi sa température corporelle. Ses crottes sont très sèches et son urine très concentrée. L'air inspiré par l'animal refroidit sa paroi nasale. Sans de telles adaptations, elle ne pourrait pas survivre dans ces régions : Ouest de l' Afrique su Sud, Namibie, Botswana, Angola,  C’est la seule gazelle d'Afrique Australe.

Le springbok peut vivre dans les déserts de sables chauds et arides,  Kalahari,  et la Namibie, les semis-déserts, les steppes  et les savanes herbeuses.

Ruminant et herbivore, il se nourrit d’herbes, graminées, de feuilles de buissons, et de fruits, racines et plantes quelquefois même toxiques pour d'autres herbivores. Parfois, il peut se passer d'eau pendant un temps considérable, pour peu que sa nourriture comprenne au moins 3 % d'eau. Pendant la saison sèche, il creuse le sol pour trouver des racines et des bulbes. Il lèche les sels minéraux régulièrement.

Les mâles se battent pour les femelles, le vainqueur règne sur une harde de femelles. La gestation dure cinq mois et demi et mène à un seul petit, parfois deux.

Il présente de l'arrière du dos à la base de la queue une poche qui contient des poils blancs érectiles. Lorsqu'il est effrayé ou excité, la poche s'ouvre et laisse apparaître une crête de poils blancs, qui, associée à ses bonds, préviendra les autres springboks d'un éventuel danger.

Ils vivent en troupeaux composés de femelles et de jeunes sous la surveillance d'un mâle territorial, mais en dehors de la période de reproduction, les mâles et les femelles se mélangent entre eux, notamment au moment de la migration.  

Son principal prédateur est le guépard, le seul à pouvoir rivaliser en vitesse. Celui-ci est aussi rapide que lui, mais le springbok peut tenir sa vitesse de pointe, sur une plus longue distance. Le babouin  peut aussi facilement attaquer un jeune.  

 

Ces prédateurs, chacals et aigles, peuvent s'attaquer aux individus faibles et aux jeunes (faons) qui n'ont pas encore la vitesse de course des adultes.

 

La longévité est de 10 ans dans la nature voire  17 en captivité.

sppringbos nous regarde images.jpg

Actuellement, le springbok est l'antilope la plus abondante, grâce aux nombreux parcs nationaux et réserves sud-africaines. Sa population n'a fait qu'augmenter au cours des 20 dernières années. Autrefois, au cours du XVIIIe siècle, ils formaient d'immenses troupeaux de plusieurs millions d'individus dans les savanes et les semi-déserts d’Afrique du Sud et du Sud-Ouest, ils avaient l'habitude d'être très répandus, en formant certains des plus grands troupeaux de mammifères jamais observés, mais ils ont failli disparaître au XIX ième siècle  à cause de la chasse.

Quelle perte cela aurait représenté !

Nous sommes à une époque où, enfin,  on commence à découvrir la valeur inestimable et indispensable de la biodiversité. Ils sont de plus en plus nombreux ceux qui comprennent  sont conscient du problème, mondial et de survie pour notre monde : ils souhaitent et veulent essayer de la préserver cette diversité, besoin vital. Ces springboks, ont réellement un rôle unique, une beauté unique et une valeur unique pour toute cette région aride.

springbok_pronk_1.jpg

De nos jours l'espèce n'est plus menacée.

Toutefois, le springbok continue d'être chassé pour la qualité de sa viande, sa peau et ses cornes, mais sa chasse est contrôlée.

Comme moi, et comme les Sud-Africains,

je suis sûre que déjà vous aimez ces springboks

et que vous ne regrettez pas d'avoir pu un peu pieux les connaître.

 

La prochaine fois, avant de nous arrêter à Stellenbos  même,

nous jetterons un œil sur toute cette région productrice des meilleurs vins.

En effet en cours de route

nous avons longé plusieurs de ces domaines immenses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces animaux sont aussi recherchés par les fermiers, car ils sont peu couteux au niveau de l'entretien, faciles à trouver, robuste et peuvent vivre sur des terres arides, fournissant une viande de qualité. Les sud-Africains, admirent cet animal pour sa beauté, sa sportivité et sa population croissante qui a su remonter au cours du XXe siècle et XXIe siècle siècles..

En période de sécheresse signifie migration, ils se déplacent alors en grands troupeaux accompagnés de zèbres, de gnous, et d'autruches très nombreuses dans la région, et aussi en quête de pâturages.

springbok-running.jpg

Bien représenté en captivité, plus de 20 parcs en Europe  et aussi n Amérique. Souvent en semi-liberté dans le cadre style savane africaine, pour que les animaux conservent des comportements naturels.

 

 

 

, il doit c économiser l'eau de son corps. son pelage coloré réfléchit les rayons du soleil, régulant ainsi sa température corporelle. Ses crottes sont très sèches et son urine très concentrée. L'air inspiré par l'animal refroidit sa paroi nasale,  ce qui rafraîchit son sang acheminé par les petites artères.   Sans de telle adaptations, elle ne pourrait pas survivre dans ces régions désertiques que sont l'Ouest de l'Afrique du Sud, Namibie , Botswana, Kalahari, et le Nambib,  C’est la seule gazelle d'Afrique Australe.

Et aussi dans les semis-déserts, les steppes et les savanes herbeuses..

Ruminant et herbivore,  il se nourrit d’herbes, graminées, de feuilles de buissons, et de fruits, racines et plantes quelquefois même toxiques pour d'autres herbivores. Parfois, il peut se passer d'eau pendant un temps considérable, pour peu que sa nourriture comprenne au moins 3 % d'eau. Pendant la saison sèche, il creuse le sol pour trouver des racines et des bulbes. Il lèche les sels minéraux régulièrement.

springboks.jpg

Les mâles se battent pour les femelles, le vainqueur règne sur une harde de femelles. La gestation dure cinq mois et demi et mène à un seul petit, parfois deux..

Il présente de l'arrière du dos à la base de la queue une poche qui contient des poils blancs érectiles. Lorsqu'il est effrayé ou excité, la poche s'ouvre et laisse apparaître une crête de poils blancs, qui, associée à ses bonds, préviendra les autres springboks d'un éventuel danger. Ils vivent en troupeaux composés de femelles et de jeunes sous la surveillance d'un mâle territorial, mais en dehors de la période de reproduction, les mâles et les femelles se mélangent entre eux, notamment au moment de la migration .

Son principal prédateur est le guépard, le seul à pouvoir rivaliser en vitesse. Le guépard est aussi rapide que lui, mais le springbok peut tenir sa vitesse de pointe, sur une plus longue distance. Le babouin peut aussi facilement attaquer un jeune.  

ses prédateurs, chacals et aigles, peuvent s'attaquer aux individus faibles et aux jeunes (faons) qui n'ont pas encore la vitesse de course des adultes. Les jeunes peuvent être aussi la proie des

Longévité : 10 ans dans la nature voire  17 en captivité

Actuellement, le springbok est l'antilope la plus abondante, grâce aux nombreux parcs nationaux et réserves sud-africaines. sa population n'a fait qu'augmenter au cours des 20 dernières années. Autrefois, au cours du XVIIIe siècle, ils formaient d'immenses troupeaux de plusieurs millions d'individus dans les savanes et les semi-déserts d’Afrique du Sud et du Sud-Ouest, ils avaient l'habitude d'être très répandus, en formant certains des plus grands troupeaux de mammifères jamais observés, mais ils ont failli disparaître au XIXe siècle à cause de la chasse. Actuellement l'espèce n'est plus menacée.. Toutefois, le springbok continue d'être chassé pour la qualité de sa viande, sa peau et ses cornes, mais sa chasse est contrôlée. Ces animaux sont aussi recherchés par les fermiers, car ils sont peu couteux au niveau de l'entretien, faciles à trouver, robuste et peuvent vivre sur des terres arides, fournissant une viande de qualité. Les sud-Africains, admirent cet animal pour sa beauté, sa sportivité et sa population croissante qui a su remonter au cours du XXe siècle et XXIe siècle siècles..

En période de sécheresse signifie migration, ils se déplacent alors en grands troupeaux accompagnés de zèbres , de bubales, de gnous  et d'autruches  en quête de pâturages.

Bien représenté en captivité, plus de 20 parcs en Europe  et aussi n Amérique. Souvent en semi-liberté dans le cadre style savane africaine, pour que les animaux conservent des comportements naturels.

Hummbird.gif

15:15 Écrit par treve | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |