02/08/2011

Umtamvuna Nature Reserve

 

Umtamvuna

 

 

Nature Reserve

 

estuaire

 

 

                  grec Eth_r3.gif

 

Paradis végétal de la côte de l’océan Indien à l’extrême Sud du Kwazulu Natal  8 km au nord de Port Edward vers Izingolweni,

 

 C'est le Sud du KwaZuluNatal et l'une des moins visitées des réserves dans le KwaZulu Natal. Au delà c’est le Transkei.

 

Le Transkei était un bantoustan   situé dans les anciennes provinces du Cap et du Natal d'Afrique du Sud,  aujourd'hui dans le cap Oriental. Premier bantoustan autonome en 1960, le Transkei fut un Etat indépendant non reconnu de 1976 à 1994  dans le cadre du régime d apartheid  Il regroupait presque exclusivement des africains de l'ethnie et de locution XHOSA  (à 99%).

Rappelons que c'est l'ethnie de Nelson Mandela. Le nom Transkei est formé du nom de la rivière Kei et du suffixe latin trans- (signifiant au-delà,). Transkei signifie donc territoire au-delà de la rivière Kei.

S’il y a un trans-kei il y a évidemment un cis-kei. Du latin – « cis et trans », de ce côté et de l’autre côté de la rivière Kei.

Tout d'abord voyons  plusieurs cartes, l'une complétant l'autre, afin de mieux situer ce coin paradisiaque :

 

000 mang Côte Sud Mangrove.jpg

                                  000 Afr-Sud KwaZULU-NATAL  54 Ko.jpg

000 Af Sud Orientale comp  012.jpg

         000 DURBAN Michelin -côte Sud  299 ko.jpg

0000 Hluhluwe  et Margate 000 réserves carte côte 305 029.jpg


 

 

Passé Port Edwards, c’est une autre Afrique du Sud …  une ambiance tout autre ! La « grand-route » - mérite-t-elle encore ce nom ? -  pleine de nids de poules, petites cases de terre, maisons  éparpillées …

 

                Pprmint.gif

Avant de visiter il faut commencer par s’installer et songer au nécessaire pour l’alimentation. Dans les lodges on trouve le matériel nécessaire pour la préparation de la nourriture, mais il faut tout apporter soi-même.

 

On nous avait dit qu’il y avait une grande surface tout près où nous pourrions acheter le nécessaire pour les deux jours passés dans le lodge réservé, bien sûr, à l’avance.  

 

Nous cherchons donc ce « super » marché, comme on nous l’a expliqué, en haut d’une montée boueuse qui n’était déjà plus une vraie route.

Arrivées en haut, un grand terrain qui en temps de pluie ne doit être que boue et trous. Nous ne distinguons que des « hangars ». Où serait ce « super » marché ???

 

Une femme arrive près de nous, prête à embarquer dans l’auto juste à côté de la nôtre.

Mon amie veut se renseigner… Et alors, ne voilà-t-il pas, à notre grand étonnement, qu’elle commence par vite rentrer dans son véhicule, remonter la fenêtre laissant juste une petite place pour nous écouter et répondre brièvement, plutôt par un simple geste !

Mon amie et moi-même, pas des primes jeunesses, n’étions cependant pas du genre à faire peur !!!

 

Nous avons alors réalisé ce que c’était que la peur dans ce pays !

Les riches, Blancs, ont peur et se barricadent avec des hauts murs avec du verre cassé au dessus ou bien des kilomètres de fils de fer barbelés.  

Ici, une personne « blanche » -  Afrikaner ? – a, elle aussi, une toute grande peur, disons, un réflexe incontrôlable de peur ! Et de l’autre côté les Noirs ont, eux, aussi, peur des Blancs !  

Combien de temps faudra-t-il encore pour que commencent à s’estomper les traces de l’apartheid !

               Pprmint.gif

Ce parc est l’estuaire sauvage et calme de la rivière qui se jette dans l’Océan Indien. Paradis des singes. Mais ils s’amusent, nous narguent dans les arbres, cachés par la verdure. Pas moyen d’en photographier un seul.

 

Nous prendrons évidemment, cela se devait, une petite trempette dans les eaux agréables de ce bel océan.  Quel calme ! L’un ou l’autre groupe de promeneurs et c’est tout.  Quand on pense aux plages de Belgique en été où il faut parfois chercher une petite place valable.

 

Les oiseaux marins restent, quasi immobiles, à la  limite de l’estuaire, près de l’eau bien dans le sens du vent, attendant que la marée leur apporte, sans trop d’efforts, la nourriture attendue.

 

Des chemins sont bien préparés. Parfois il faut monter, redescendre, profiter des petits observatoires bien placés pour apprécier le panorama.

Celui-ci change à tout moment, que l’on regarde vers l’océan, ou la montagne à l’Ouest, ou vers la région forestière longeant la rivière.

 

Des ponts suspendus sont aussi installés pour passer au dessus des endroits trop marécageux.

              Pprmint.gif

Et maintenant, assez parlé, place aux images au gré de la promenade et du court coucher de soleil.

mang20_011.JPG

                              mang20_017.JPG

mang21_004.JPG

                             mang21_005.JPG

mang21_006.JPG

                             mang21_007.JPG

mang21_008.JPG Une boursoufflure insolite !

Un "cancer" de l'arbre ?

mang21_009.JPG

mang21_010.JPG

                             mang21_011.JPG

mang21_012.JPG

                                                  mang21_014.JPG

mang21_013.JPG

                    mang21_015.JPG

mang21_016.JPG

mang0021_017.JPG Au pied d'un vieil arbre une espèce de coulée fossilisée  nous intrigue !!

mang0021_018.JPG

                    mang0021_019.JPG

A droite la route et les premiers contreforts des collines avoisinantes, c'est l'Ouest.

mang21_020.JPG

mang21_021.JPG

               mang21_022.JPG

mang21_023.JPG

                             mang21_024.JPG

mang21_025.JPG

                           mang21_026.JPG

mang21_027.JPG

                  mang21_028.JPG

mang21_029.JPG

                           mang21_030.JPG

mang21_031.JPG

           mang21_032.JPG

mang21_033.JPG

                                    mang21_034.JPG

mang  .JPG

 

                       mang (2).JPG

 

mang (4).JPG

 

En Construction2.gif

 

Le mois prochain nous retournerons  visiter le Midland.

Nous  nous y sommes déjà promenés,

mais cette fois ce sera en fin d'hiver austral, début du printemps météorologique.




 

SUJETS TRAITES  sur mes blogs

 

Afrique et Sud

 

et

 

PARTAGE DE PHOTOS

 

cliquer en haut à gauche sur INDEX

 

Marie-José EVERT

 


 


 

 

Marie-José EVERT

 

09:58 Écrit par treve | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.