23/01/2007

Un haut lieu d’Afrique du Sud : La « CAVERNE »

 

 

LA CAVERNE

 

 

Lieu saint, le principal des quatre existant en Afrique du Sud,

 

connu seulement

des anciens du pays, des noirs initiés.

 

Sans doute à cause des pluies abondantes des jours précédents.

  

En chemin nous avions rencontré toute une vallée sous eau car un barrage avait cédé emportant des habitations !

 

GG 001

 

 

Nous sommes quatre : mes amis, la personne qui nous montre le chemin

pour accéder à ce lieu secret, et moi-même.

 

C'est le printemps 2000 pour l'hémisphère Nord, pour la région c'est l'automne.

 

Nous voilà à la recherche de bâtons ou de pierres pour nous aider à fabriquer un gué de fortune, … rien à trouver dans ces environs, il faut nous résoudre à sauter et surtout ne pas glisser.

 

 Et aussi nous dire qu’il faudra refaire de même au retour.

 

 

cav 010

 

 

 

S’y retrouvent des Africains de religion traditionnelle, mais aussi de religions chrétiennes, toutes confondues.

Haut lieu de communication avec les ancêtres. Les gens y passent des séjours initiatiques, de durée allant d’une seule journée à plusieurs semaines. Ils ont 15 à 50 ans et plus.

 

De quoi vivent-ils ? De farine de maïs, et autres choses apportées car là il n’y a RIEN. Que de la roche dure, froide et humide à l’envie !

 

Ils logent dans des « huttes », sans toit, la caverne leur suffit. Leur habitation, un simple enclos quadrilatère, avec, au milieu uniquement de quoi faire un feu et préparer la nourriture. Le long des murs – cloisons – de quoi s’asseoir et dormir sur des peaux. Les modèles varient suivant les régions d’origines.

 

Pour montrer que nous participons, que nous les respectons, nous avons emporté des bougies à mettre devant l’autel des anciens.

 

La « CAVE », caverne, se trouve entre Clarens et Fouriesburg, à quelque 50 km de Goldengate.

 

 

Il faut passer des barrières, toutes marquées « privé », laisser l’auto quand le chemin ne permet plus d’aller plus loin ; nous devons donc continuer à pieds pour un bon moment, mais surtout traverser une rivière d’où le petit pont avait

disparu !Sans doute à cause des pluies abondantes des jours précédents.

 

cav 012

 

 

En chemin nous avions rencontré toute une vallée sous eau car un barrage avait cédé emportant des habitations !

 

Nous sommes quatre : mes amis, la personne qui nous montre le chemin

pour accéder à ce lieu secret, et moi-même.

 

C'est le printemps 2000 pour l'hémisphère Nord, pour la région c'est l'automne.

Nous voilà à la recherche de bâtons ou de pierres pour nous aider à fabriquer un gué de fortune, … rien à trouver dans ces environs, il faut nous résoudre à sauter et surtout ne pas glisser.

 

 Et aussi nous dire qu’il faudra refaire de même au retour.

 

Quand j’ai fini de sauter au dessus de la rivière mon ami me dit qu’il avait vu un serpent mais avait préféré ne pas me le dire pour ne pas m’effrayer ; il craignait de me déconcentrer et que je perde mon assurance pour sauter.

Il a eu raison puisque tout s’est bien passé.

 

cav 013
 

Ensuite il faut longer la courbe de cette belle rivière ; bientôt nous sommes encadrés de très beaux arbres élancés, d’une espèce inconnue en Europe, à notre gauche des vieux troncs couchés, fossilisés, pétrifiés … c’est splendide. Et impressionnant.

 

cav 014
 

 

Déjà de ce côté de la rivière au fur et à mesure que l’on approche apparaissent des signes de passages et de rites : drapeaux, viande de sacrifices, pierres placées d’une façon intentionnelle,

cav 017
 

Mais quand vient le moment de retraverser la même rivière en effet la grotte apparaît enfin mais en haut à notre droite sur l’autre rive ! Notre déception est immense : la rivière est ici un gros torrent.

 

Continuer plus loin est inutile car les deux versants se rejoignent, c’est ici ou pas qu’il faut traverser. Or le flot est terrible suite aux pluies des jours précédents, on ne voit plus le gué ordinairement utilisé

 

cav 019
 

Il n’y a que des grosses pierres trop éloignées les unes des autres, personne n’ose s’y risquer.

 

Faudra-t-il nous résoudre à être venus de si loin pour devoir abandonner juste en dessous de la fameuse caverne que nous apercevons en haut, de l’autre côté du torrent !

 

cav 021
 

La force de l’eau est terrible, impressionnante, montée d’au moins un mètre par rapport à l’ordinaire, pas de gués, tous disparus ! Nous en étions à songer que ce n’était pas raisonnable et qu’il fallait renoncer. Nous étions profondément déçus !

 

Mais nous n’étions plus seuls, d’autres Africains venaient de nous rejoindre entre temps et ils montaient, eux, pour leurs dévotions.

 

cav 022
 

Quand, miracle ! On ne sait d’où il est sorti, notre sauveur apparaît : c’est précisément la personne qui fait l’intermédiaire entre les hommes et les anciens, leur « grand prêtre » si l’on peut dire.

 

C’est un homme charmant, d’un certain âge, avec qui on peut causer et qui se fait un plaisir à me céder son beau bâton de chef, taillé avec art. Sans son aide il aurait été dangereux, carrément téméraire de se hasarder. Lui-même doit chercher un nouveau chemin sur les pierres, chercher de nouvelles pierres, sonder l’eau à tout moment. La force du torrent emporte le bâton qui lui sert à sonder à chaque pas la profondeur de l’eau entre les grosses pierres. Il ne s’agit pas de glisser, encore moins de tomber ! Un vrai sport sous le soleil dur du plein midi !

 

Heureusement, du moins, il ne pleuvait pas car alors les pierres auraient été glissantes.

 

cav 023
 

Il me répétait tout en m’aidant à traverser et me tenant par la main : « Mandela, lui, ne sait plus venir jusqu’ici ! ». Après 27 ans de prison on peut comprendre !

 

Notre sauveur a refait la traversée avec chacun, chaque fois avec la même amabilité.

 

Pendant l’apartheid la police n’a jamais pu atteindre ce haut lieu secret, empêchée par la rivière.

 

Après la traversée restait encore la montée mais nous sommes arrivés contents de découvrir ce lieu impressionnant.

 

cav 029
 

Il y règne une ambiance indicible, calme, prenante avec, au centre, le lieu de culte proprement dit. Dans le fond un lieu plus sombre et moins haut pour les plus initiés, et tout autour des « habitations » ainsi que différents lieux de culte et de rencontre.

 

cav 037
 

Dans un de ces lieux justement, bien fermé lui, on les entend occupés de chanter, prier, invoquer …

 

Sur les murs des inscriptions, des peintures, écrits divers, dates … le tout réalisé avec un pigment fait d’argile, de plantes et de blancs d’œufs.

 

Avant de quitter ce lieu nous sommes restés un bon moment circulant à notre aise car la grotte est très grande, très allongée surtout., dépassant les 200 m.

 

cav 039
 

Nous avons eu l’occasion de bavarder avec l’un ou l’autre. Nous sommes pris par cette ambiance de calme et de paix. Je pense en particulier à un groupe, un homme, une femme et une jeune fille.

 

cav 042
 

Ils étaient dans le même enclos d’habitation mais n’étaient pas de la même famille. Tous trois parlant un anglais impeccable, ayant des occupations importantes en ville dans la vie civile, mais venus se ressourcer avant de retourner dans la vie turbulente des villes.

Ils avaient l’intention de revenir par la suite.

 

cav 043
 

Un lieu que l’on n’oublie pas. J’ai vraiment eu une chance exceptionnelle, grâce à mes amis, de pouvoir découvrir un tel lieu.

 

Drakensberg carte
 

Ici j’ai repensé à la Pythie des anciens Grecs. Les grottes ont toujours fasciné, impressionné les peuples.

Mais ici pas de grand temple.

 

Marie-José EVERT

22:37 Écrit par treve dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Whouaooo facinant ce voyage Marie-José, super présentation, bien illustrée et interressant...

Écrit par : Charles | 29/01/2007

BRAVISSIMO POUR CE MAGNIFIQUE BLOG QUE JE COMMUNIQUERAI A MES AMIS;
TOUTES MES AMITIES
André

Écrit par : andre marechal | 30/01/2007

BRAVO!!!
Très agréable de revoir ces belles vues que j'avais déjà eu l'occasion de découvrir chez toi à ton retour!

Écrit par : Anne Marie | 31/01/2007

Félicitations Je suis très ravie de visiter ton blog qui est si intéressant à voir.
Bon courage pour la suite et surtout pour sa mise à jour.
Bisous.

Écrit par : Denise Kifaya | 31/01/2007

africa bravo marie josé,
un très bon début, sur le blog ;0)
très beau voyage et commentaire.
amicalement
micha

Écrit par : micha | 02/02/2007

Magnifique ton blog, Marie-José.
Tu peux continuer, je te lirai avec plaisir.
Sylvia

Écrit par : Sylvia | 21/02/2007

Coucou Marie-Josée Je viens de passer un très bon moment sur ton blog. Je te dis bravo ! Sujet très intéressant, on voyage dans le temps et le présent. Tu me comprendras lorsque je te dis que tout ce qui touche à l'Afrique me touche de très près.
Petite question Marie-Josée, j'étais au Lycé Clarté Notre-Dame de Bujumbura de 1963 à 1965, ma 4ème moderne et ensuite le secrétariat de direction. Etais-tu prof ? Et dans quelle classe ?
Je viendrai te relire, je te laisse le lien pour visiter mon blog consacré principalement au Burundi, dis moi ce que tu en penses.
Amitié
Michèle De Coninck ( Habari Kani )

Écrit par : Biloulou ( Michèle ) | 21/02/2007

il ne te reste plus qu'à compléter les champs dans http://wikitravel.org/fr/Afrique_du_Sud et tu seras lue dans le monde entier.
A bientot

Écrit par : Olivier Pays | 22/02/2007

Ma chère Marie-José,
Quelle merveilleuse traversée...Les enfants ont adoré tout comme moi. Cela donne envie de reprendre la route.

Écrit par : Corinne | 27/02/2007

Fantastique quel beau travail que ce blog .
Bruxellois je vis en AdS depuis 2004 dans la region de PMB plus exactement dans la Byrne Valley (du nom de l'irlandais Byrne)la maison qui se trouve dans une reserve privee (Minerva du nom du bateau qui coulat devant Durban) date de 1854 !!
la region dont parle Marie -José est magnifique et les gens sont souriant peut etre a cause au climat meditérraneen .
ENCORE BRAVO

Écrit par : michel | 22/09/2008

Les commentaires sont fermés.